home Tourisme en France - Par la carteTourisme thématique en FranceCartes des départements français home

Monde

Offices de Tourisme

Cartes

Guides

 France

Offices de Tourisme

Tourisme à Thème

Cartes

Annuaires

Carnets de Voyages

Compagnies Aériennes

Aéroports

Voyagistes

Pros du tourisme

Voyages

Comparateur

Billets d'Avion

V-SNCF

Eurostar & Thalys

Ferries

Séjours

Croisières

Hôtels

Locations

Campings

Voitures

Images

PhotOzone

VidéOzone

Pratique

Cartes & Plans

Fuseaux Horaires

Ambassades

Téléphoner

Services

Visas

Devises

Tirages Photo

Fnac & Amazon

warning

REFERENCEMENT

 

bullet circle Offices de tourisme   bullet circle Vidéos

titre Carte touristique de la Guyane, 973 - Géographie, histoire, économie et tourisme

Cette carte en couleur du département de Guyane, (973), préfecture Cayenne, en région DOM TOM inclut les limites administratives de premier niveau, les principales villes et chefs-lieux de cantons, les autoroutes et routes nationales (existantes et en construction), les routes départementales principales, les fleuves et rivières, le relief (jusqu'à 7 niveaux selon les espaces représentés) et le cadrage géographique par rapport à ses espaces voisins.

bullet Carte de situation géographique de la Guyane, 973

Carte

bullet Boutique des cartes géographiques et touristiques de la Guyane, 973

bullet Carte satellite de la Guyane, 973

bulletAnnonceur



bullet Fiche de présentation du département de la Guyane, 973  

Blason

Guyane française, département et région d’outre-mer (DOM-ROM, ou DROM) de la France d’outre-mer, situé sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud. Son chef-lieu est Cayenne. La Guyane française est bordé au nord par l’océan Atlantique, au sud et à l’est par le Brésil, à l’ouest par le Suriname. Avant la loi de programme pour l’outre-mer du 21 juillet 2003, la Guyane française était un département d’outre-mer (DOM). Le chef-lieu de la Guyane française est Cayenne, également principale ville et premier port du département.


Superficie : 91 000 km2 ; population (2007) : 209 000 habitants ; densité de population (2007) : 2,3 habitants / km2.

RELIEF de la Guyane, 973

La Guyane française est formée par le socle ancien du massif des Guyanes. Deux fleuves servent de frontières naturelles au département : à l’ouest le Maroni (625 km de long) et à l’est l’Oyapok (425 km). La côte Atlantique est basse et marécageuse, bordée de cordons littoraux et de lagunes ; elle est dans l’ensemble peu hospitalière et comprend plusieurs îles côtières (les îles du Salut, dont l’île du Diable est la plus connue). L’intérieur des terres est un gigantesque plateau entièrement recouvert par la forêt vierge qui descend en gradins vers l’océan Atlantique. La végétation de la Guyane française, de type équatorial, comprend une vaste forêt pluviale sempervirente, des mangroves sur le littoral et de la savane noyée (ripri) et boisée (savane haute) dans les régions où la forêt a été défrichée.

 

CLIMAT de la Guyane, 973

Le climat est également de type équatorial, influencé par les alizés du nord-est et du sud-est, ainsi que par les courants chauds de l’Atlantique. La pluviosité est très forte, sa moyenne annuelle atteignant 3 200 mm, et la température moyenne du département ne descend jamais en dessous de 17 °C.

 

HISTOIRE de la Guyane, 973

Le territoire de la Guyane française est exploré pour la première fois par un Européen au début du xvie siècle, avec le navigateur Vicente Pinzón. Il n’est colonisé qu’au début du xviie siècle par les Hollandais, puis par les Français. En 1637, la ville de Cayenne est fondée par des marins normands et les Français s’y établissent de manière systématique et durable. À la suite des rivalités franco-anglaises, la Guyane passe sous la dépendance de l’Angleterre qui, après s’être emparée du territoire, le cède finalement à la Hollande en signant le traité de Breda en 1667. L’amiral français d’Estrées reconquiert le territoire pour le compte de la France. Mais, il faut attendre la paix d’Utrecht (1713-1715) pour que les grandes puissances maritimes reconnaissent la souveraineté de la France sur la Guyane. Au xviiie siècle, la France tente une mise en valeur du territoire, mais ses différentes tentatives échouent en raison notamment de la dureté du climat. Dans les années 1780, un relatif développement économique s’amorce avec les 10 000 esclaves que la France a fait venir d’Afrique. À partir de 1794, et jusqu’en 1805, la Guyane devient un lieu de déportation, une « guillotine sèche » pour les opposants politiques aux différents régimes qui se succèdent en France. Royalistes, prêtres réfractaires puis conventionnels sont exilés sur cette terre hostile, comme Collot d’Herbois, Billaud-Varenne ou Barère. En 1804, le rétablissement de l’esclavage provoque la fuite d’une partie de la population noire, privant ainsi de main-d’œuvre l’économie guyanaise. En 1809, les forces portugaises, venues du Brésil voisin, annexent la Guyane, en représailles à l’invasion française du Portugal, menée par Napoléon Ier. Le Portugal maintient sa souveraineté sur la Guyane jusqu’en 1814, date de son retour à la France, au lendemain de la première abdication de Napoléon Ier. Une brève période de stabilité s’ouvre alors pour la colonie qui, malgré des contestations de frontières avec le Brésil, co

 

ECONOMIE de la Guyane, 973

En raison de l’importance de la forêt équatoriale, la superficie des terres cultivables est particulièrement réduite. Celles-ci représentent seulement 12 000 ha, soit 0,14 p. 100 de la superficie totale du département. L’essentiel de l’activité agricole se concentre sur la côte Atlantique. Les principales productions sont des cultures vivrières telles que l’igname, le manioc (5 582 t en 2006), le riz, cultivé par les Laotiens (17 774 t en 2006), ou le maïs (39 t en 2006). La production de bananes et d’ananas reste faible. La seule culture d’exportation relativement importante est la canne à sucre (production de 5 350 t en 2006), mais celle-ci peine à se développer en raison de la concurrence internationale et du manque de main-d’œuvre, qui explique également la faible exploitation des ressources forestières guyanaises. La pêche est par ailleurs un secteur peu productif. La principale production commerciale est la crevette, exportée notamment vers la France métropolitaine. Le secteur minier se développe lentement, grâce à l’exploitation de l’or, provenant en particulier de gisements d’origine alluviale. La Guyane française possède également d’importants gisements de bauxite. Le tissu industriel reste limité, composé essentiellement de scieries et d’unités de production de biens de consommation courante. La principale activité du département concerne le centre spatial de Kourou, où l’Agence spatiale européenne effectue les lancements de la fusée Ariane.

 

TOURISME de la Guyane, 973

Le parc amazonien de Guyane (8e parc national français) est créé par décret en février 2007 ; situé dans le sud de la Guyane française, il couvre une superficie de plus de 2 millions d’hectares.

 

CULTURE de la Guyane, 973

La population guyanaise est essentiellement composée de mulâtres (appelés Créoles) issus du métissage entre les esclaves africains travaillant dans les plantations et les immigrants européens. Le département compte également une petite minorité amérindienne qui appartient à trois groupes linguistiques différents : Arawak, Caraïbes et Tupi-Guarani (langues amérindiennes). Les Indiens de la Guyane française vivent principalement de la pêche et de la chasse, dans les terres intérieures isolées et sur le littoral. Peu touchés par la civilisation, en raison des difficultés de pénétration dans la dense forêt équatoriale, ces groupes (Galibi, Arawak et Palikou sur le littoral, Wayana, Wayapi et Oyana dans la forêt) ont conservé leurs cultures et traditions. Les descendants des « nègres marrons » (esclaves fugitifs) et des esclaves libérés en 1848 ont formé des communautés nomades et semi-nomades, comme les Boni, cultivateurs, les Paramaka et les Djuka, chasseurs et pêcheurs établis également au Suriname. Plus récemment, une forte immigration a bouleversé les équilibres. Des réfugiés laotiens se sont installés sur le littoral et une forte immigration clandestine haïtienne et brésilienne s’est développée. Les Haïtiens seraient environ 38 000, dont seulement 7 000 recensés. L’essentiel de la population est concentré sur le littoral.

carre Vacances en Guyane - Cayenne - Réservez votre voyage maintenant !

Plus de voyages Hotels

Plus de voyages Locations de vacances

Plus de voyages Vols

Plus de voyages Séjours

Plus de voyages Comparateur

Plus de voyages Location auto

Plus de voyages Campings

Plus de voyages Ferries

Plus de voyages Voyages-SNCF

focusAnnonceur


Avion

carre Photozone - Photos de la Guyane, 973

Photos - Source: banques d'images

carre VidéOzone - Vidéos de la Guyane, 973

Comité du tourisme de la Guyane

WEBTV Comité du tourisme de la Guyane

Comité du tourisme de la Guyane - Sonia Cippe (Responsable bureau parisien) lors de la 2ème Soirée Tourisme responsable le 04 novembre au Comptoir Général à Paris organisé par Ushuaia Voyages

fr  Publiée le 09-11-2010 par Voyageons Autrement

 arrow 2 min 58 sec - Vue 1284 fois

Like  0 personnes ont aimé ce contenu - Like  0 n'ont pas aimé ce contenu

Plus de vidéos tourisme Guyane

carre DVD, CD, guides touristiques et livres de la Guyane, 973

DVD DVD Guides : Guyane, l'espace nature


Ce nouveau Video Guide sur le plus vaste des départements français fait la part belle à la nature. Grâce aux repérages de Marc Barrat, spécialiste de la Guyane, le spectateur approchera une nature puissante et belle, avec la conscience d'être en prise directe avec des aventures qui se feront de plus en plus rares au fur et à mesure que s'étirera le nouveau millénaire... Réalisateur : Pierre Brouwers

Livre Vie et survie en milieu tropical : Amazonie française, Guyane


Cet ouvrage traite d'un sujet bien précis : le milieu équatorial de l'Amazonie, la Guyane française. Tout ce qui est écrit dans ces différents chapitres a été testé, utilisé par nos soins ou ceux de camarades, lors de raids en forêt profonde, de stages, de séjours en survie ou tout simplement de vie. Tout ce que nous vous livrons a été appris auprès de guides, de gens de la forêt, de la Selva : Amérindiens. Saramaca, Brésiliens qui savent en tirer le meilleur en respectant certaines règles fondamentales. Ici, plus qu'ailleurs, le plus grand danger est la méconnaissance de l'environnement. Pour mémoire rappelons que l'on peut mourir de faim en quelques semaines, de soif en quelques jours, mais de panique en quelques minutes. Avec un minimum de connaissances, cette forêt offre tout ce qui est nécessaire au naufragé pour se nourrir, s'abriter, se déplacer, s'orienter, se soigner, survivre. Mais, par-dessus tout, ce qui est indispensable et introuvable dans ces lignes, comme en forêt d'ailleurs, c'est votre détermination de vivre. C'est votre force mentale, additionnée à vos connaissances des techniques et des matériels, qui vous permettront de sortir vainqueur de cette épreuve. II est évident qu'une partie des techniques que vous apprendrez dans cet ouvrage est applicable sur d'autres terrains, en Europe, Afrique ou Asie... Il suffit de s'adapter, c'est là aussi une règle d'importance à respecter. Ce n'est pas le terrain qui doit se plier à vous, mais bien vous au terrain. Il faut savoir faire corps et esprit avec ce milieu pour espérer en retirer le maximum. Ce livre a pour but de toucher un public désireux de connaître les techniques propres à la vie, voire à la survie, en forêt tropicale amazonienne, mais aussi celui de donner des éléments de base nécessaires afin d'organiser une expédition. Philippe Gilabert découvre la Guyane en tant que militaire lors de missions en forêt profonde. Breveté du CEFE et ancien moniteur forêt, il décide de s'y implanter en 1994 afin

Médiastore Plus de guides touristiques, cartes, CD, DVD et livres,... dans la médiathèque



Comparateur vols et voyages

Recherche Google

Top agences
Opodo
Voyages-sncf
Eurostar & Thalys
Expedia
GoVoyages
Promovacances
Hotel.info
Interhome
Pierre & Vacances
Easyvoyage